Thème 2 : Traitement

 Aide à retarder l’évolution de la maladie

  • Équipe no 7 : L’équipe sur la maladie vasculaire et son impact sur les maladies neurodégénératives est codirigée par les docteurs Eric Smith et JoAnne McLaurin. Elle comprend 17 chercheurs en sciences fondamentales et cliniques qui travaillent ensemble pour traduire les découvertes sur les maladies vasculaires en traitements thérapeutiques pour les maladies vasculaires cognitives (MVC). Dans certains cas, les MVC se traduisent par un AVC symptomatique qui provoque une paralysie ou une perte de la parole. Plus subtilement, elles se présentent comme des problèmes de concentration ou de mémoire découlant d’une période prolongée d’hypertension (c’est-à-dire une pression artérielle anormalement élevée), un syndrome métabolique ou plusieurs AVC subtils qui apparaissent dans les clichés d’imagerie fonctionnelle comme des déficits dans le cerveau et dans ses vaisseaux sanguins. Plus précisément, l’équipe cherche : (1) à mieux comprendre l’évolution de la maladie associée aux MVC par l’entremise de modèles animaux de risque vasculaire et de maladies vasculaires (y compris l’essai de nouveaux traitements); (2) à découvrir les images du cerveau et les biomarqueurs sanguins des premiers changements chez les êtres humains dans le MVC; et (3) à utiliser ces informations pour planifier des essais cliniques chez les personnes en phase précoce de MVC. Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

  • Équipe no 8 : L’équipe sur les corps de Lewy, le vieillissement et la démence est dirigée par Richard Camicioli, qui met l’accent sur le diagnostic et le traitement de la démence et de la maladie de Parkinson.

 

  • Équipe no 9 : L’équipe sur la conception de nouveaux biomarqueurs est dirigée par Roger Dixon et Pierre Bellec. Roger Dixon dirige l’étude longitudinale Victoria, une étude à grande échelle à long terme sur le vieillissement humain axée sur l’influence des changements associés au vieillissement (par ex. : comment les changements dans la mémoire peuvent affecter le mode de vie). Pierre Bellec étudie la connectivité fonctionnelle au sein de réseaux de distribution cérébraux.

 

  • Équipe no 10 : L’équipe sur l’intervention cognitive, la réserve et la plasticité cérébrale est dirigée par la docteure Sylvie Belleville. Elle cherche à mieux comprendre comment la réserve cognitive et la plasticité cérébrale protègent la personne contre les maladies neurodégénératives liées à l’âge et à élaborer des stratégies pour augmenter la résilience. Plus précisément, ils cherchent à concevoir et évaluer un programme de formation cognitive qui favorisera la santé cognitive chez les personnes atteintes de déclin cognitif subjectif (c.-à-d., une auto-évaluation des problèmes de mémoire ou des troubles cognitifs). Le programme associe des stratégies d’entraînement de la mémoire et de l’attention à des activités de loisir stimulantes (p. ex., l’apprentissage de la musique, l’apprentissage d’une deuxième langue et jouer à des jeux vidéo actifs). La structure et le fonctionnement du cerveau des participants, leur cognition et leur bien-être seront mesurés immédiatement après la période d’entraînement, puis de nouveau deux ans plus tard pour évaluer la persistance à long terme des bienfaits, ainsi que les effets protecteurs de l’intervention contre le déclin lié à l’âge. Pour cette étude, les chercheurs souhaitent recruter le plus grand nombre de participants possible ayant un faible niveau d’éducation formelle. Ces personnes sont considérées comme plus à risque de développer une démence et sont donc susceptibles de bénéficier considérablement de ce type d’intervention. De plus, l’étude identifiera les meilleurs répondeurs en examinant si les caractéristiques individuelles — par exemple, le génotype, le sexe ou le mode de vie cognitif — permettent de prédire de meilleurs résultats.

 

  • Équipe no 11 : L’équipe sur la prévention et le traitement des symptômes neuropsychiatriques est dirigée par Nathan HerrmannKrista Lanctôt, et Dallas Seitz. La principale contribution du Dr Herrmann dans le domaine de la recherche sur la démence porte sur le traitement des troubles comportementaux et la cognition. La docteure Lanctôt étudie comment la démence influence les émotions et l’humeur et comment celles-ci peuvent être mieux prises en charge. Les recherches du Dr Seitz s’intéressent à la façon dont les adultes âgés atteints de troubles psychiatriques utilisent les services de santé, évaluent l’innocuité et l’efficacité des traitements pour des problèmes de santé mentale gériatriques et effectuent le transfert des connaissances en santé mentale gériatrique.

 

  • Équipe no 12 : L’équipe sur la mobilité, l’exercice et la cognition (MEC) est codirigée par les docteurs Manuel Montero-Odasso et Louis Bherer. Elle se concentre sur le lien entre l’activité physique, les performances motrices et le déclin cognitif lié à l’âge et la neurodégénérescence. Au cours du vieillissement, le déclin moteur et le déclin cognitif interagissent souvent en raison des réseaux neuronaux qu’ils partagent. Par conséquent, les changements liés à l’âge ou provoqués par la maladie dans ces réseaux ont des répercussions sur l’apprentissage et le contrôle moteur, la mémoire, les fonctions exécutives, la démarche et l’équilibre chez les personnes âgées. Mais surtout, le déclin moteur et le déclin cognitif constituent les principaux facteurs de risque de démence, de chutes, de fractures et d’incapacité à long terme. Plus précisément, l’équipe MEC étudie l’interaction et l’expression du déclin cognitif et moteur dans l’évolution des maladies neurodégénératives. Leurs conclusions seront ensuite transposées dans des interventions novatrices axées sur l’activité physique. À ce jour, le MEC a obtenu plusieurs réalisations importantes, en particulier en ce qui concerne l’essai SYNERGIC (SYNchronizing Exercises and Remedies in GaIt and Cognition ou synchronisation de l’activité physique et des traitements pour améliorer la démarche et la cognition) des IRSC et du CCNV. L’essai SYNERGIC est mené par leur équipe de recherche pancanadienne et vise à déterminer les effets d’une combinaison d’exercices physiques, moteurs et cognitifs sur le déclin cognitif et moteur. Pour en savoir plus, consultez le www.ClinicalTrials.gov (NCT02808676).

 

  • Équipe no 13 : L’équipe sur la démence frontotemporale est dirigée par Robin Hsiung, qui examine les facteurs qui causent la démence et explore de nouvelles techniques d’imagerie et de laboratoire pour contribuer à identifier et à distinguer les différents types de démence au stade le plus précoce. Un autre thème central de ses recherches consiste à utiliser les essais cliniques pour apprendre de nouvelles techniques pour traiter différents types de démences à différents stades.